Show simple item record

dc.contributor.authorBackus, Irena
dc.date.accessioned2022-12-15T09:10:22Z
dc.date.available2022-12-15T09:10:22Z
dc.date.issued1994
dc.identifierONIX_20221215_9782345001232_377
dc.identifier.urihttps://directory.doabooks.org/handle/20.500.12854/95381
dc.languageFrench
dc.relation.ispartofseriesDe Pétrarque à Descartes
dc.subject.classificationbic Book Industry Communication::H Humanities::HR Religion & beliefs::HRA Religion: general::HRAX History of religion
dc.subject.classificationthema EDItEUR::Q Philosophy and Religion::QR Religion and beliefs::QRA Religion: general::QRAX History of religionen_US
dc.subject.otherRenaissance
dc.subject.othermiracle de Laon
dc.titleLe miracle de Laon
dc.title.alternativeLe déraisonnable, le raisonnable, l’apocalyptique et le politique dans les récits du miracle de Laon (1566-1578)
dc.typebook
oapen.abstract.otherlanguageLa résistance au protestantisme, durant les années de paix qui suivent l’édit d’Amboise, fut ritualisée par le miracle de Laon (1566), dont l’actrice principale fut la jeune femme, Nicole Obry, originaire de Vervins en Picardie. Possédée d’une trentaine de diables « elle en était tellement tourmentée qu’on lui oyait craquer les os... » - disait à l’époque Florimond de Raemond. Suite aux exorcismes successifs, effectués à l’aide de l’hostie (donc du « corps de notre Seigneur ») les diables quittent la jeune femme. Seul Beelzebub résiste. Enfin, le 6 février 1566 lui aussi sort, s’inclinant ainsi devant le pouvoir épiscopal. Le présent ouvrage est le premier à examiner les divers récits dont fit l'objet le miracle de Laon entre 1566 et 1578. Le cabaliste chrétien, Guillaume Postel, y voit la réalisation de la suprématie politique et religieuse « gauloise » et le début de l’ère nouvelle. Jean Boulaese, amanuensis de Postel et chroniqueur le plus zélé du miracle, considère celui-ci tantôt comme moyen d’obtenir de l’argent en vue de l’impression de la Bible en langue arabe, tantôt comme moyen de promouvoir sa propre carrière. Christophe de Héricourt, doyen de Laon, et chroniqueur dit « officiel » ou « royal », veut surtout éviter d’offenser les huguenots. Enfin, Barthélemy de Faye, conseiller-clerc au Parlement de Paris, cherche par son récit, à faire de la propagande tant pour les décrets tridentins sur la résidence des évêques que pour un gallicanisme modéré. Les récits du miracle de Laon fournissent ainsi un excellent témoignage de la diversité des catholicismes français à l’époque mouvementée des guerres de religion.
oapen.identifier.doi10.4000/books.vrin.13520
oapen.relation.isPublishedBy0beac02d-d019-4ea6-be64-26ee665d9f0c
oapen.relation.isbn9782345001232
oapen.relation.isbn9782711612147
oapen.pages212
oapen.place.publicationParis


Files in this item

FilesSizeFormatView

There are no files associated with this item.

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record