Show simple item record

dc.contributor.authorMoulinié, Véronique
dc.date.accessioned2022-07-01T15:49:50Z
dc.date.available2022-07-01T15:49:50Z
dc.date.issued1998
dc.identifierONIX_20220701_9782735118069_558
dc.identifier.urihttps://directory.doabooks.org/handle/20.500.12854/85082
dc.languageFrench
dc.relation.ispartofseriesEthnologie de la France
dc.subject.classificationbic Book Industry Communication::J Society & social sciences::JH Sociology & anthropology::JHM Anthropology
dc.subject.classificationbic Book Industry Communication::M Medicine
dc.subject.otherhistoire
dc.subject.otherchirurgie
dc.subject.otherhistoire de la médecine
dc.subject.otherdifférenciation sexuelle
dc.subject.otheropération chirurgicale
dc.subject.otheranthropologie
dc.subject.otherages de la vie
dc.titleLa chirurgie des âges
dc.title.alternativeCorps, sexualité et représentations du sang
dc.typebook
oapen.abstract.otherlanguage« Il fallait bien y passer », telle est la phrase qui conclut l'évocation douloureuse des opérations chirurgicales que subirent naguère des générations d'enfants. Vers le début du XXe siècle, en quelques années, les amygdales, les végétations, l'appendice sont devenus des organes non seulement inutiles mais dangereux pour la croissance. Leur ablation se donne pour fin de débrider le corps et l'esprit enfantins. Et sur ce point mères et médecins se sont, pendant un long demi-siècle, accordés. La raison médicale de ces ablations systématiques n'a pas résisté à la critique scientifique sans qu'elles disparaissent pour autant. Ce qui reste parfois le « gagne-pain » de certains chirurgiens ne peut donc s'appuyer que sur une raison culturelle capable de justifier ces interventions. Suivant cette piste en anthropologue, Véronique Moulinié découvre qu'une série constamment enrichie d'opérations marque, de nos jours, les césures de l'âge. On opère moins les enfants mais on arrache les dents de sagesse, on sectionne, parfois systématiquement, le périnée des accouchées et, surtout, les ablations de l'utérus et de la prostate sont communément attendues et interprétées comme marques d'entrée dans la vieillesse. Quels principes organisent cette séquence chirurgicale ? Quelle efficacité la justifie ? Pour répondre à ces questions, Véronique Moulinié s'est mise patiemment à l'écoute d'un discours sur les temps de la vie qui, de nos jours, prend souvent la forme d'un savoir partagé sur les âges critiques du corps. Dans le milieu paysan et ouvrier aquitain où s'est déroulée son enquête, la chirurgie des âges est venue s'inscrire dans le schéma des rythmes de la physiologie, elle a contribué à le maintenir tout en le renouvelant. Mais ce savoir complexe reste l'apanage des femmes. Il leur permet tout autant de produire la différence entre filles et garçons que de lire selon une périodicité féminine la physiologie de leurs époux muets quant aux secrets du corps.
oapen.identifier.doi10.4000/books.editionsmsh.3077
oapen.relation.isPublishedBy2990638d-1959-49aa-a90a-3c208956c890
oapen.relation.isbn9782735118069
oapen.relation.isbn9782735107643
oapen.pagesIX-341
oapen.place.publicationParis


Files in this item

FilesSizeFormatView

There are no files associated with this item.

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record